La 141 R 1244 (Michel)

 

La 141 R 1244


 

UN PEU D’HISTOIRE

 

 

A la fin de la seconde guerre mondiale, le manque de locomotives et l'incapacité de l'industrie française, en cours de reconstruction, à livrer rapidement un grand nombre de machines neuves imposa de recourir aux constructeurs américains et canadiens. Les choix techniques faits à cette occasion bousculaient le conservatisme industriel ferroviaire français de l'époque et allaient se révéler judicieux.

C'est la firme Baldwin locomotive Works, qui dans l'urgence de l'époque dessina les plans de ces machines, en modifiant pour le réseau français une locomotive qui circulait déjà depuis plusieurs années aux États-Unis, la Mikado USRA en modèle léger. Les principales adaptations portèrent sur : la mise au gabarit SNCF, l'attelage à tendeur avec les tampons, les écrans pare-fumée, le poste de conduite côté gauche, une porte de boite à fumée à volant de fermeture central puis de type « Unifiée » ( ou porte du type « Nord » ) et la pose de l'échappement Kylchap sur les machines de la seconde tranche.

C'est ainsi qu'une commande de 700 locomotives tous services (mixtes) fut passée en février 1945 pour constituer la première tranche : les 141 R 1 à 700. Ce sont les firmes : Américan Locomotive Company (Alco) à Schenectady (New York), Baldwin Locomotive Works à Philadelphie (Pennsylvanie), et Lima Locomotive Works à Lima (Ohio) qui se chargèrent de la construction.

Une fois le financement rendu possible, la seconde tranche, portant sur les 141 R 701 à 1340, est commandée auprès des mêmes firmes, secondées par des constructeurs canadiens : Montreal Locomotive Works à Montréal (Québec) et Canadian Locomotive Company en à Kingston (Ontario). Ces machines étaient alors majoritairement prévues pour être chauffées au fuel (fioul lourd préchauffé) et non au charbon comme les précédentes. Les 604 machines au fioul assurèrent un meilleur service et furent de ce fait plus sollicitées que celles au charbon.

 

 

Caractéristiques techniques

 

Poids maxi (kg) 116 000+72 000

Poids adhérent (kg) 80 000

 Vitesse maxi (km/h) 100

Timbre (bar) 15,5

Surface du foyer (m²) 5,16

Surface de chauffe (m²) 250,74

Surface de surchauffe (m²) 65,4

Volume d’eau dans la chaudière (m3) 10,7

Diamètre des cylindres (mm) 597

Effort théorique au crochet (kg) 24 200

Puissance maxi (ch) 2 500

Diamètre des roues avant (m) 0,914

Diamètre des roues motrices (x4) (m) 1,650

Diamètre des Longueur (m) 14,64+9,5

roues arrières (m) 1,067

Capacité en eau du tender (kg) 30 000

Capacité en charbon du tender (kg) 11 500

 

 

L’ORIGINAL 

 

Cette machine est aujourd'jui la propriété d'une Association Suisse à Brugg, qui a fait un travail extraordinaire de restauration. Lors de certaines occasions, elle circule sur le réseau ferré Suisse maintenant qu'elle est aux normes.. 

 

Voir les vidéos : " La 141 R 1244, elle roule en Suisse "

" Les passionnés de la vapeur vive "  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La loco de Michel  141 R 1244 au 1/20ème

 

 

Après un travail considérable de plus de quinze ans, la loco de Michel voit le bout. En effet toutes les grosses pièces sont prêtent à être soudées. Les soudures seront faites par un soudeur professionnel expérimenté, on ne plaisante pas avec la vapeur vive. Mais je vous rassure, il reste encore pas mal de travail avant de voir cette superbe réalisation, fumer, rouler, et siffler. Mais ce jour là, un grand reportage sera fait en vidéo.

 

 

Vue générale 

 

 

 

Les détails de la machine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour le moindre détail, un plan est fait. Exemple, l'immatriculation de la machine à l'avant.

 

 Les pièces internes

 

 

Le corps de chauffe

 

 

 

 

 

La robinetterie

 

 

Que de tuyaux...

 

 

 

 

 

 

Quelle réalisation ! ... Chapeau bas Michel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Réagir


CAPTCHA